biais cognitifs au travail

Les biais cognitifs au travail : comment les réduire ?

Vous êtes-vous déjà demandé sur quoi nous fondons nos décisions ? Dans de nombreuses occasions, et notamment dans le monde du travail, les biais cognitifs au travail font que nous ne sommes pas totalement objectifs lorsque nous agissons. 

Nous aimerions tous croire que nos actions sont toujours basées sur des données ou des critères purement objectifs. Cependant, plus d’une variable peut affecter la manière dont nous traitons l’information, et donc interférer avec les décisions que nous prenons.

L’ensemble de ces variables et la manière dont elles nous affectent sont connus sous le nom de « biais cognitifs ». Il s’agit de modèles d’écarts par rapport à l’objectivité, c’est-à-dire de distorsions dans notre perception individuelle de la réalité. Les biais cognitifs peuvent être dus à différents facteurs, tels que l’expérience antérieure, les informations présentes dans le contexte immédiat ou même les émotions, et sont présents dans un plus grand nombre de situations que nous ne voudrions l’accepter. 

Le monde du travail n’échappe donc pas à ces distorsions.  Il est donc essentiel de connaître et de comprendre les biais cognitifs à l’œuvre pour apprendre à les reconnaître, afin de ne pas compromettre la qualité des décisions stratégiques et opérationnelles dans les entreprises. 

biais cognitifs au travail

Par exemple, une prise de décision affectée par des biais cognitifs peut conduire les départements des ressources humaines à des évaluations inexactes des situations, à des échecs dans les processus de sélection, à une allocation inefficace des ressources et, en fin de compte, à l’impossibilité d’atteindre les résultats escomptés. Il est donc essentiel de comprendre et de gérer les biais cognitifs pour améliorer des processus importants tels que le recrutement et la prise de décision, et pour garantir le succès à long terme des organisations.

Mais comment pouvons-nous surmonter ces obstacles afin de prendre de meilleures décisions pour nos entreprises ? Lisez la suite et nous vous expliquons !

Rejoignez la solution mondiale de pointe en matière de bien-être mental


La première étape : savoir à quoi on s’attaque

Le concept de biais cognitifs a été introduit en 1972 par les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky, spécialistes de la prise de décision humaine. Ils se définissent comme les erreurs d’interprétation de la réalité qui ont un impact sur notre processus de prise de décision

Les biais cognitifs sont dus aux stratégies utilisées par notre cerveau pour simplifier le traitement de l’information, en utilisant des raccourcis, des motivations émotionnelles, des souvenirs ou des influences sociales. En effet, bien que notre cerveau soit un outil très agile, il doit constamment traiter des informations et prendre des décisions sur la base des données dont il dispose, et les biais cognitifs sont ces simplifications fondées sur des règles qui contribuent à donner un sens à notre environnement. 

C’est pourquoi, loin d’être considérés comme pathologiques, les biais cognitifs sont des processus automatiques et involontaires que nous effectuons au niveau du cerveau, afin de donner un sens à nos expériences et d’être ainsi en mesure de prendre des décisions relativement rapidement.

Le problème se pose lorsque ces « erreurs » sont basées sur des préjugés ou des stéréotypes, capables de conditionner le niveau d’importance ou les ressources attribuées à certains processus, ce qui peut nous amener à prendre de mauvaises décisions ou à nuire involontairement à une autre personne. 

biais cognitifs au travail

Les biais cognitifs au travail : quels sont les plus courants ? 

La recherche en psychologie organisationnelle a identifié de nombreux types de biais cognitifs au travail, liés à différents domaines, tels que les processus d’embauche, la prise de décision commerciale, la vente, etc. En fait, dans le cadre des tendances en matière de ressources humaines, il est de plus en plus fréquent de constater que les concepts de la psychologie sont pris en compte pour améliorer les processus internes des entreprises. 

L’importance réside dans le fait que nombre de ces biais sont capables de conditionner différentes dynamiques au sein des entreprises, entraînant la prise de décisions basées sur l' »intuition » plutôt que sur des données ou des informations objectives.  C’est pourquoi il est si nécessaire de savoir quels types de biais cognitifs peuvent être présents, afin de prendre des mesures pour y remédier. 

Parmi les types de biais cognitifs les plus fréquents au travail, nous trouvons les suivants : 

Types de biais cognitifs au travail
1.Biais affectant la prise de décisionBiais de confirmation
Biais de disponibilité
2.Biais de gestion d’équipeBiais d’affinité
Effet de halo
3.Biais d’innovationPeur du risque et de la perte 
Biais d’ancrage

Les biais cognitifs qui affectent la prise de décision des entreprises

  • Le biais de confirmation : Il s’agit du besoin que nous avons de confirmer nos croyances existantes. Le problème est que cela peut affecter la manière dont les options sont évaluées et les décisions prises. Dans l’environnement professionnel, cela peut conduire à rechercher de manière sélective les informations qui soutiennent les décisions déjà prises et à ignorer les opinions qui contredisent les siennes, ce qui limite la capacité à s’adapter à des environnements changeants ou à innover.

    Par exemple : si j’attends beaucoup d’un produit qui va bientôt sortir, je prendrai en compte les opinions des personnes qui soutiennent ma décision, plutôt que celles de ceux qui pensent que « le moment n’est pas venu, ou que mon produit a encore besoin d’être travaillé ». Ce biais peut m’amener à prendre la décision de mettre le produit sur le marché le plus rapidement possible, sans tenir compte des raisons qui contredisent cette décision. 
  • Biais de disponibilité : les décisions sont souvent influencées par les informations dont nous disposons, qui sont souvent des souvenirs de faits isolés, plutôt que les informations les plus pertinentes ou les plus objectives. Cela peut conduire à des décisions sous-optimales dans des domaines tels que l’affectation des ressources ou la planification stratégique.

    Par exemple : dans une entreprise technologique, l’équipe envisage d’utiliser un nouvel outil plus efficace. Bien qu’il existe de nombreuses preuves de son efficacité, le chef d’équipe se souvient d’un problème qu’il a rencontré avec une plateforme similaire dans le passé. Bien qu’il ne s’agisse que d’une mauvaise expérience isolée, parmi de nombreuses bonnes, son souvenir négatif influence la décision de l’équipe, ignorant les éléments positifs et manquant l’occasion de s’améliorer. Dans ce cas, l’information la plus facile à retenir a influencé le choix.

Les biais dans la sélection ou la gestion d’une équipe

  • Biais d’affinité : il s’agit d’une préférence pour ceux qui partagent des similitudes avec nous. Cela peut conduire à la formation d’équipes homogènes, limitant la diversité de pensée et de perspective, ce qui peut avoir un effet négatif sur la créativité et la résolution de problèmes. 

    Par exemple : en tant que chef d’équipe, j’attribuerai plus de responsabilités ou les tâches les plus importantes aux membres de l’équipe qui sont de la même nationalité que moi. Dans ce cas, il est préférable d’appliquer la stratégie dite DEI
  • Effet de halo : il s’agit de la tendance à généraliser l’évaluation d’une personne sur la base d’une caractéristique positive. Ce biais cognitif au travail peut influencer les décisions relatives aux promotions, à l’attribution de projets et à l’évaluation des performances, créant ainsi des déséquilibres au sein de l’équipe.

    Par exemple : le membre de l’équipe qui dit toujours « bonjour » au travail, je lui confie les meilleurs projets, car je pense que si c’est une personne polie, elle doit être très responsable et fera bien son travail. 

Les biais liés à l’innovation

  • Peur du risque et aversion pour la perte : ces biais cognitifs au travail peuvent entraver la volonté de l’entreprise de prendre les risques nécessaires à l’innovation. La résistance au changement peut limiter la capacité d’adaptation à des environnements commerciaux dynamiques.

    Par exemple : dans une entreprise qui envisage de se développer sur de nouveaux marchés internationaux, bien que le marché semble réceptif et qu’il existe un potentiel de retour sur investissement important, le directeur financier se souvient parfaitement d’une expérience antérieure au cours de laquelle l’entreprise a pris un risque similaire et a subi des pertes financières temporaires. Sa peur du risque le conduit à s’opposer fermement à la nouvelle proposition, optant pour une option moins risquée mais aussi moins innovante.
  • Biais d’ancrage : ce type de biais cognitif au travail se produit lorsque des repères initiaux sont fixés, ce qui peut influencer l’évaluation de nouvelles idées à l’avenir. Cela peut limiter l’adoption d’innovations qui ne correspondent pas aux idées préexistantes.

    Par exemple : le budget d’une campagne publicitaire est en cours de discussion. Le directeur propose d’abord un budget très élevé, basé sur les dépenses de l’année précédente, alors que les conditions du marché ont changé. Bien que d’autres membres de l’équipe suggèrent des ajustements plus conformes à la situation actuelle, l’équipe finit par se fixer sur un budget proche de l’ancrage suggéré par le manager, sous-estimant ainsi la nécessité de s’adapter aux nouvelles conditions du marché. Le biais d’ancrage se manifeste ici par la forte influence du premier chiffre mentionné ci-dessus sur la prise de décision ultérieure.
biais cognitifs au travail

Comment réduire les biais cognitifs au travail ? 

Maintenant que nous connaissons les biais cognitifs les plus courants dans le monde de l’entreprise, en prendre conscience pour les reconnaître au quotidien est la première étape pour y remédier. 

Il est nécessaire de se rappeler que le processus de remise en question de notre propre perception n’est pas toujours facile, c’est pourquoi nous devons nous entraîner pour qu’il nous soit de plus en plus facile de perfectionner notre processus de prise de décision. Voici quelques méthodes que vous pouvez commencer à mettre en œuvre et qui vous aideront dans ce processus : 

La méthode des trois choix 

Elle consiste à toujours avoir au moins trois alternatives pour chaque décision importante à prendre. Une fois que vous avez défini les trois options possibles, analysez chacune d’entre elles à travers les questions suivantes : 

  • Quels sont les avantages de cette décision ? 
  • Quels sont les inconvénients de cette décision ?
  • Quelles seront les conséquences de cette décision ?

Au cas où cette décision ne serait pas la bonne, quelles actions pourrions-nous entreprendre pour résoudre le problème ? Quelles sont les ressources à ma disposition au cas où les choses tourneraient mal ?

En analysant toutes les alternatives par le biais de ce processus, vous serez en mesure de prendre des décisions de manière plus objective et plus éclairée, en évitant que les biais cognitifs à l’œuvre n’obscurcissent votre processus de prise de décision. Cette méthode est particulièrement utile pour lutter contre les biais d’ancrage et de disponibilité. 

Considérer l’échec comme faisant partie du processus

La peur de l’échec nous pousse souvent à persister dans des projets qui ne sont plus florissants au lieu d’abandonner, au motif que nous ne voulons pas gaspiller les efforts déjà investis. Comment surmonter cet obstacle ? En reconnaissant que les échecs ne définissent pas notre identité d’entrepreneur et que, même si notre projet présente des lacunes, cela n’implique pas que l’ensemble de l’entreprise ne fonctionne pas. 

En considérant l’échec comme une option possible dans chaque projet sur lequel nous travaillons, nous l’affrontons, nous assumons les risques dès le départ et nous prenons des mesures préventives ou planifions des actions qui peuvent compenser les dommages. Assumer les échecs est la seule façon de continuer à avancer, d’en tirer des leçons et d’éviter de les reproduire à l’avenir.

Face à un échec, la meilleure chose à faire est de réfléchir et d’évaluer les points à améliorer et d’y travailler. Identifiez et documentez les leçons apprises et pratiquez cet exercice en permanence pour vous aider à surmonter la peur de l’échec.

S’appuyer sur d’autres opinions

Toutes les entreprises prospères s’appuient sur l’excellent travail d’équipe de leurs employés, jour après jour. C’est pourquoi, lors des processus de prise de décision, le fait d’avoir des avis extérieurs, de pairs, d’experts, de dirigeants, de clients, etc., peut aider à réduire les biais cognitifs au travail, et donc à débattre jusqu’à ce que la meilleure solution soit choisie. Cela permet d’améliorer les processus de travail en équipe et de renforcer la communication interne au sein de l’entreprise

Lorsque vous vous ouvrez à l’écoute d’opinions externes, vous pouvez aborder des questions que nous évitons parfois de nous poser, telles que :

  • Quelles sont les faiblesses de mon idée ?
  • Quelles sont les conséquences possibles de mes décisions ?
  • Quels sont les risques potentiels ?
  • Quels sont les points forts de la concurrence ?

Cependant, il est également important, lorsque vous analysez les réponses et les opinions d’autres personnes, de ne pas oublier le risque de biais de confirmation. Pour ce faire, évitez de vous limiter à accepter uniquement les réponses qui renforcent vos préférences et ne sous-estimez pas les opinions qui peuvent contredire vos propres idées.

biais cognitifs au travail

Faites confiance aux experts bien-être émotionnel et mental pour les entreprises

Chez ifeel, nous savons qu’il est essentiel de reconnaître et de traiter les biais cognitifs au travail pour améliorer la prise de décision, encourager la diversité et favoriser l’innovation. Pour aller plus loin, envisagez de mettre en place un outil de gestion afin d’améliorer l’exécution et le suivi des projets de développement. 

Nous travaillons en partenariat avec des entreprises du monde entier pour inspirer la croissance humaine et guider les organisations dans l’instauration d’une culture positive du bien-être mental. Une approche sur mesure et centrée sur les personnes qui place la santé de vos collaborateurs au centre, en tant que pilier fondamental pour attirer et retenir les talents ainsi que pour renforcer leur sentiment d’appartenance. 

Une solution unique, complète et évolutive qui utilise la puissance des données pour fournir une compréhension holistique du bien-être psychologique de vos employés, tout en garantissant la qualité du service et la confidentialité pour votre équipe.

Nous espérons que cet article sur comment réduire les biais cognitifs au travail vous a intéressé. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les solutions d’ifeel en matière de bien-être mental pour les entreprises, il vous suffit de demander et nous contacterons votre équipe dans les plus brefs délais.

  • Nueva llamada a la acción
  • Nueva llamada a la acción
  • Découvrez nos articles sur le même sujet

    travailleurs du savoir
    Uncategorized

    Travailleurs du savoir ou Knowmads

    On les appelle travailleurs du savoir, et on les appelle même « knowmads », ou nomades du savoir, en référence à leur grande mobilité professionnelle.